Retour à tous les conseils Abonnez-vous à notre infolettre

Prévention SST: comment créer un plan d’action?

Avec les nombreux risques d’accident, les employeurs ont l’obligation de mettre en place des mécanismes de prévention. Afin d’assurer un milieu de travail sécuritaire, l’élaboration d’un plan d’action est un outil indispensable pour les organisations.

La suite
Prévention SST: comment créer un plan d’action?

Qu’est-ce qu’un plan d’action en santé et sécurité du travail?

Un plan d’action est un document qui rassemble les différentes tâches à effectuer dans un milieu de travail afin de le rendre sécuritaire. Personnalisé à chaque organisation, il permet de connaître les risques présents ainsi que la démarche à mettre en place afin d’apporter les correctifs nécessaires. Des objectifs mesurables sont définis pour permettre de faire un suivi de l’avancement du plan d’action.

Pourquoi utiliser un plan d’action?

La première raison d’utiliser un plan d’action en santé et sécurité est qu’il est un mécanisme de prévention qui a fait ses preuves. Il fait partie des étapes nécessaires à la mise en place d’un programme de prévention et est utilisé par plusieurs organisations du Québec depuis plusieurs années pour respecter certaines obligations règlementaires.

Une autre raison d’utiliser le plan d’action est liée à la réforme du régime SST. En effet, depuis le 6 avril 2022, les organisations faisant partie des groupes prioritaires 1,2 et 3 doivent maintenir leurs mécanismes de prévention déjà en place, notamment le programme de prévention, en plus d’intégrer de nouvelles obligations. Les organisations qui ne font pas partie de ces groupes doivent entreprendre une démarche d’identification des risques présents dans leur milieu de travail et pour les établissements de plus de 20 travailleurs, faire l’analyse de ces risques. Le plan d’action est donc un outil qui peut être utilisé dans toutes ces situations.

De plus, le Règlement sur les mécanismes de prévention obligera les organisations de moins de 20 travailleurs par établissement à se doter d’un plan d’action et celles de plus de 20 employés d’un programme de prévention, incluant idéalement un plan d’action.

>> Téléchargement : Obtenez des outils exclusifs pour répondre à vos nouvelles obligations SST

Comment créer et mettre en place un plan d’action?

Il est important de respecter une structure lors de l’élaboration et de la mise en place d’un plan d’action afin d’assurer qu’il soit bien adapté aux réalités de l’organisation. Voyons plus en détails les 4 grandes étapes à suivre suggérées par notre équipe d’experts en prévention pour créer et faire le suivi d’un plan d’action en santé et sécurité du travail.

1. Identifier tous les risques auxquels les travailleurs peuvent être exposés dans les établissements de l’organisation

  • Plus précisément, les responsables impliqués doivent faire le recensement de tous les risques présents dans le milieu de travail de l’organisation et conserver une trace écrite de cette démarche.
  • Ce travail d’identification doit comprendre les 6 types de risques possibles, soit : physiques, chimiques, biologiques, ergonomiques, psychosociaux ainsi que les risques liés à la sécurité.

2. Analyser les risques afin de déterminer la probabilité qu’un danger se concrétise en accident de travail ou en maladie professionnelle

  • Une analyse devrait ensuite être effectuée à la suite de l’identification faite précédemment. À cette étape, il faut déterminer la priorité à accorder à chacun des risques identifiés. Les éléments à prendre en considération à cette étape sont le niveau de danger, la fréquence d’exposition des travailleurs ainsi que la probabilité que ce risque se concrétise en accident de travail ou en maladie professionnelle.
  • Les valeurs obtenues lors de l’analyse de risque sont ensuite multipliées ensemble pour déterminer l’indicateur de danger et, ainsi, la priorité à accorder.

3. Déterminer les mesures correctives et de contrôle à mettre en place pour chaque danger identifié en priorisant la hiérarchie des moyens de prévention

  • Il faut déterminer la marche à suivre afin d’éliminer ou de contrôler les risques identifiés en indiquant les moyens de correction et de contrôle à réaliser.
  • La hiérarchie des moyens de prévention a comme objectif de supprimer le risque à sa source. Lorsque cela n’est pas possible, il faut mettre en place des mesures pour réduire et maitriser les risques.
  • À cette étape, il est important de déterminer les outils et les documents qui seront nécessaires pour les tâches à accomplir dans le plan d’action. Les éléments auxquels il faut apporter une attention particulière sont les procédures à mettre en place, les formations à suivre, les équipements de protection individuel (EPI) à porter ainsi que les méthodes de suivis à privilégier pour assurer un maintien des correctifs réalisés.

4. Indiquer les responsables et les échéanciers pour chaque mesure de correction et de contrôle par ordre de priorité de risques

  • Les tâches à effectuer devront être planifiées dans le temps selon un échéancier réaliste.
  • Les tâches doivent être assignées à des responsables en fonction de leur formation et de leurs connaissances.
  • Un suivi doit ensuite être effectué pour valider que la démarche d’amélioration en gestion de la SST se déroule selon le plan établi. La démarche ne s’arrête donc pas au moment de l’adoption du plan d’action, il faut le faire vivre en étant assidu!

Par où commencer?

Créer un plan d’action permet de mettre en place une démarche proactive en santé et sécurité, mais implique aussi un travail d’identification et d’analyse précis. Pour vous accompagner, nous avons développé une plateforme qui vous permet de créer vous-même votre plan d’action SST en ligne et d’en effectuer la gestion.

Notre équipe est prête à vous accompagner dans votre démarche. Contactez-nous!

Vous aimeriez également

Abonnez-vous à notre infolettre

La violence conjugale, l'obligation des employeurs

Depuis le 6 octobre 2021, les employeurs du Québec doivent protéger leurs employés face à des situations de violence conjugale, familiale ou à caractère sexuel qui pourraient survenir sur les lieux de travail.

Présentation du nouveau formulaire d’assignation temporaire de la CNESST

Tel qu’annoncé par la CNESST, depuis le 6 octobre 2022, de nouveaux changements à la loi sur les accidents du travail et maladies professionnelles entrent en vigueur. Ainsi, un nouveau formulaire d’assignation temporaire est maintenant obligatoire.

Nouveau PDG pour le groupe MEDIAL

À l’aube du 30e anniversaire de l’entreprise et alors que celle-ci connaît une belle croissance, le Président du Conseil de MEDIAL, Marcel Curodeau, a le plaisir d’annoncer la nomination du nouveau Président-Directeur général (PDG) du Groupe MEDIAL.